Aujourd’hui, les entreprises sont confrontées à une nouvelle génération qui utilise un langage rapide.

En effet les jeunes sont devenus accros aux nouvelles technologies entre autre le téléphone portable ou réseaux sociaux comme Facebook, Viadeo ou Linkedin.

Celles-ci banalisent l’orthographe pour laisser place au langage phonétique et abrégé qui varie néanmoins selon l’utilisateur.

Une étude à été menée, montrant qu’à l’heure actuelle, un élève de 5è avait le même niveau en orthographe qu’un élève de CM2 en 1987. Une baisse donc progressive du niveau d’orthographe et de grammaire en 20 ans qui illustre bien l’abandon de l’écriture avec de « belles » phrases et de « beaux » mots pour laisser place à l’écriture rapide, parlée.

L’essor de ces nouvelles technologies aujourd’hui nuit aux candidats qui se voient qualifier d’un manque de crédibilité auprès des recruteurs après avoir visité leur page personnelle via les réseaux sociaux ou atterré par leur niveau de langue française détérioré.

C’est donc à cause de cette évolution que 19 facs ont décidé à la rentré 2010 de mettre en place des tests de niveaux en langue française.

Notamment en orthographe et grammaire, afin de détecter les lacunes des étudiants français et permettre à ceux qui en ont le plus besoin de bénéficier d’heures de soutien pour une remise à niveau.

Il existe aussi désormais un test d’orthographe appelé « orthopass » qui indique le niveau d’orthographe. C’est donc un nouveau repère pour les employeurs.

Néanmoins les réseaux sociaux présentent un avantage considérable pour les recruteurs et entrepreneurs : ils peuvent voir leurs candidats via leurs pages personnelles et s’en servent également pour chasser de nouveaux prospects selon une recherche ciblée.

Ils permettent aussi à d’autres de manifester leur intérêt auprès de chefs d’entreprises directement via ces réseaux sociaux afin d’établir le contact plus facilement et rapidement.

Mais ces réseaux banalise les relations professionnelles. On se parle plus librement avec un langage de tout les jours et un tutoiement très employé. Ces nouvelles technologies familiarise les contacts avec les recruteurs.

D’autre part, les recruteurs peuvent également aujourd’hui se servir de ces nouvelles technologies en générale dans leur cœur de métier : on parle du CV vidéo qui se développe de plus en plus mais encore peu recommandé car il demande plus de temps pour son étude qu’un CV papier et celui-ci est apprécié si sa qualité et sa mise en scène est parfaite ce qui demande donc un matériel adéquate sinon il peut vite devenir peu crédible et nuire à la candidature.

On peut également noter que l’entretien en ligne entre recruteur et candidat va devenir un outil très utilisé car il permet une économie de temps et de coût.